88 solitaires prendront dimanche le départ de la Mini-Transat en solitaire. Parmi eux, Sébastien Guého est le directeur technique et associé de GSea Design. Si cette course au pouvoir de séduction inégalé sur la planète course au large est déjà un vrai défi à relever, le challenge de Sébastien a commencé bien avant, à terre….

Aux côtés de Denis Gléhen, cet ingénieur de 34 ans est l’un des artisans de la success story de Gsea Design. En quelques années, l’entreprise lorientaise est ainsi passée de huit à 18 salariés, et dans le même temps, l’ingénieur s’est mué en chef d’entreprise, s’accordant quelques sessions de surf au coucher du soleil… « Le moment était venu de penser à moi, de ne pas remettre à plus tard cette envie de Mini, même si ce projet a nécessité de gros efforts entre la gestion de l’entreprise et mes entraînements ».

Sébastien a disputé cinq Tours de France à la Voile mais n’a jamais fait de transats en course, pas plus que de longues navigations en solitaire. Un frein ? Non plutôt un booster ! « J’ai besoin de bosser énormément pour me sentir à l’aise. Je me suis entrainé avec Tanguy Le Glatin à Lorient et je me suis pris au jeu de la compétition. Le solitaire ? Je voudrais voir si j’en suis capable… ».

Seul

L’ingénieur ultra connecté, qui a fait de la gestion d’une équipe l’essence de sa vie professionnelle n’aura aucun contact avec la terre, Mini oblige. Une contrainte qu’il va tenter de renverser à son avantage : « je vais me retrouver seul avec moi-même, et cette perspective me permettra d’envisager un nouvel équilibre, de relativiser. J’aimerais naviguer à fond et dans le bon rythme, faire une belle trajectoire et finir dans le Top Ten. Chez GSea Design, je travaille avec une équipe très ouverte qui a bien accueilli ce projet et mon absence du bureau pourrait aussi devenir une occasion d’améliorer la gestion de l’entreprise ».

Sébastien Guého a choisi un bateau de série qui nécessite moins d’heures d’optimisation. « Ma culture d’ingénieur me permet de comprendre pas mal de choses mais quand je regarde ceux qui partent en prototype… je leur tire mon chapeau. » Il partira donc sur un Pogo 3 de 2016, pour figurer dans le classement « Série ». Il a disputé huit courses à bord de son n°909 Technique Voile – Gsea Design, a terminé cinq fois dans le Top Five dont une fois vainqueur sur la Chrono 6.50 en 2018.